La pyrogazéification une double solution énergie / valorisation de produits issus du recyclage matière

La pyrogazéification consiste à chauffer des matières à des températures comprises entre 900 et 1 200 °C, en présence d’une faible quantité d’oxygène. Ce procédé les transforme ainsi en gaz (syngaz), huile et/ou charbon qui pourront être utilisés pour le pouvoir énergétique. Cette filière en développement offre donc une solution complémentaire pour mieux valoriser certains types de déchets au sein d’une économie plus circulaire.

 

Un procédé de production énergétique au cœur des enjeux actuels

La pyrogazéification permet une forte réduction des déchets, tout en disposer d’une énergie plus propre que les énergies fossiles. L’ADEME, GRDF et GRTgaz ont publié, en janvier 2018, une étude sur la faisabilité technico-économique d’un gaz d’origine 100% renouvelable. Trois grandes filières de production de gaz renouvelable ont été étudiées : la méthanisation, le power-to-gas et la pyrogazéification. Cette dernière représenterait 40% du gisement.

Le schéma ci-dessous, issu de l’étude mentionnée précédemment, synthétise les différentes voies de production de gaz renouvelable.

Les atouts de la pyrogazéification sont donc nombreux :

  • Réponse à l’enjeu de réduction des volumes de certain type de déchets,
  • Contribution à l’avancée des recherches relatives aux modes d’approvisionnements énergétiques plus économiques et plus propres que les énergies fossiles,
  • Solution énergétique efficace via un meilleur rendement énergétique que l’incinération avec la production de composés énergétiques denses et stockables,
  • Mise en place d’une technologie propre. Maîtrise des polluants (notamment les poussières atmosphériques) et absence d’excès d’oxygène générateur de dioxine et de Nox,
  • Réponse aux besoins de développer de nouvelles voies de valorisation énergétique pour les Combustibles Solides de Récupération (CSR) de qualité moyenne.
  • Des installations plus souples avec une capacité d’effacement sur le réseau plus réactive. Ceci grâce au modèle adopté par certains fabricants de petites unités structurés en cascade (réacteur + générateur énergie).
  • La création d’installations décentralisées au plus près des gisements.

 

Quelles perspectives pour cette filière ?

Les conditions pour que ces technologies se développent en France sont :

  • L’adaptation de la réglementation avec la mise en place d’une ICPE spécifique
  • La démonstration, grâce à des installations industrielles, des pilotes, en mesure d’atteindre des performances en fonctionnement opérationnel
  • La mise en place de soutiens financiers pour compenser les surcoûts liés aux travaux de R&D et aux premières unités industrielles.

La viabilité économique de cette filière repose, d’une part sur les coûts d’investissement et d’exploitation de la filière, et d’autre part sur les recettes générées par le service rendu de traitement de déchets et par la vente d’énergie. Pour être rentable, la filière devra donc proposer un cout de traitement inférieur au prix de l’enfouissement et un prix de vente de l’énergie inférieur à celui de l’énergie fossile.

 

le Club PyrogazeificationBretagne Eco-Entreprises et Créativ invitent l’ensemble des acteurs de la filière aux 1ères Assises Nationales de la Pyrogazéification. Celles-ci se dérouleront les 26 et 27 septembre 2018, à Rennes. L’objectif de ce temps d’échange est de faire le point sur l’avancement et les perspectives réglementaires, techniques et économiques de la filière.

 

Principaux équipementiers de la filière

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
Thermomètre- réchauffement climatique
Questions / réponses sur les changements climatiques